Qui suis-je





mercredi 22 août 2007

L'importance d'aller se faire voir ailleurs...

Bon, je suis aller me faire voir ailleurs :-)

J'ai mis mes réseaux à contributions. Après tout, à quoi bon avoir des réseaux si l'on ne s'en sert pas à l'occasion...

Donc, histoire de bien profiter de la rentrée, j'ai décidé qu'il me fallait travailler sur mes relations publiques.

Après avoir accordé une entrevue à Kristina Thomas-Young pour son Blog sur le capital de risque et l'entrepreneurship techno, j'ai du me mettre à l'ouvrage pour sortir un blog anglophone. Vous verrez cette entrevue dans les prochaines semaines.

Tout ça m'a donné des idées. Après avoir demandé de l'aide à Jean-François Renaud de Adviso Conseil, Branchez-vous a bien voulu m'accorder la chance de faire une entrevue avec eux. Génial, ils vont m'offir la possibilité de faire une capsule mensuelle avec eux. La première devrait paraître la semaine prochaine.

Un autre ami, d'un autre réseau, Pierre Gince de Direction Communications Stratégiques, m'aide dans ma quête d'apparaître à la télé.

J'attends une réponse du Journal de Montréal pour une série d'articles que je leur ai proposé.

Tout ça pour vous dire que les réseaux réels tels que:
Chambre de commerce de Montreal
Chambre de commerce de la Rive-Sud
Chambre de commerce de Laval
BNI
et les virtuel tels que
Facebook
LinkedIn
Viadéo

C'est bien mais il faut s'en servir!!!

En cette période de rentrée, je vous invite à revoir vos réseaux, à évaluer ceux qui vous servent vraiment, ceux que vous utilisez, comment vous les utilisez. Le temps investi vous a rapporté quoi ? Est-ce le réseau ou votre façon de réseauter le problème ?

Si vous croyez que votre efficacité de réseautage aurait besoin d'un petit boost, puis-je suggérer un coaching ;-)

2 commentaires:

Muriel a dit…

Effectivement, la rentrée, c'est toujours l'occasion de se (re)donner un bon départ, de déployer les énergies emmagasinées durant l'été et se définir un objectif. De mon côté, la rentrée est synonyme d’agitation et pour cause, je travaille dans une école! Je pense que l’objectif prévaut sur le médium. Je me m’explique.

J’aime ta réflexion sur les réseaux réels ou virtuels. Ce sont de bonnes dynamos dans cet exercice. Par contre, je voudrais faire une série de remarques à ce sujet.

Pour avoir entretenu des réseaux que tu qualifies de réels (JCCM, AMM-PCM, Yulbiz et autres) et faire partie aussi de ceux que tu qualifies de virtuels, je constate deux choses.
Premièrement, les deux types de réseaux bénéficient des mêmes préjugés. On me qualifiait souvent de « jet set » lorsque je travaillais en vente et que je passais une bonne partie de mes matinées, soirées voire lunch à l’occasion d’activités de réseautage. On me prenait plus au sérieux quand, venu le temps de révéler les objectifs de vente, je pouvais clairement démontrer que 80 % de ceux-ci étaient directement liés à ces activités. Aujourd’hui, j’entends encore des proches collègues me dire que je perds mon temps sur des réseaux virtuels (LinkedIn, Facebook ou autres), même si en ce moment, je rédige un rapport sur la présence de nos clientèles dans ces réseaux et que je tente d’élaborer une stratégie pour joindre nos clientèles sur les médiums qui sont les leurs.

Deuxièmement, les réseaux tels qu’ils soient sont le reflet de ce que tu y investis comme temps et énergie aussi, mais surtout de l’objectif que tu as d’y participer. Qui n’a pas déploré la présence d’un bavard qui cherchait à monopoliser le crachoir et vendre sa salade dans une activité qui se voulait un échange? C’est pareil sur le web, on n’a pas forcément envie d’être ami avec tout le monde pour être ami avec tout le monde.

C’est l’objectif qui compte. Oui, Facebook est un bel outil de procrastination pour celui qui en fait cet usage. Ne disait-on pas pareil lorsque le web est arrivé? On peut encore perdre beaucoup de temps aujourd’hui sur Internet si on ne sait pas vraiment quoi y faire et c’est pareil dans les cocktails, non?

Alors? Quel est votre objectif?

Anonyme a dit…

nice